Équilibre entre anabolisme et catabolisme musculaire

anabolisme

Le cycle de vie d’une forêt implique à la fois la création et la destruction. Des cendres d’un feu de forêt naissent de nouvelles fleurs, tout comme les arbres tombés en décomposition enrichissent le sol pour la croissance future. Votre corps fonctionne de la même manière au niveau moléculaire : vos muscles se décomposent et se reconstruisent sans cesse. Ces deux processus sont des formes de métabolisme, de genèse et de digestion. Pour connaître la différence entre l’anabolisme et le catabolisme musculaires, lisez ce qui suit pour obtenir des réponses définitives et une explication de la façon dont ils fonctionnent ensemble pour vous garder fort.

Définition du métabolisme

En termes simples, le métabolisme est défini comme les processus chimiques qui se déroulent à l’intérieur des organismes vivants afin de maintenir la vie. Sont inclus sous cette appellation les processus d’anabolisme et de catabolisme, l’un qui s’accumule et l’autre qui se décompose. Ces changements chimiques se produisent simultanément dans votre corps à tout moment.

L’anabolisme : Cette forme de métabolisme implique l’organisation, la construction et la synthèse de nouvelles molécules complexes. Pendant l’anabolisme, les petits composés moléculaires sont liés entre eux pour en former de plus grands, comme dans le processus de gluconéogenèse, qui est la production de glucose dérivé d’une source non glucidique.
Catabolisme : Il est également connu sous le nom de “métabolisme destructeur”, le processus par lequel les molécules sont décomposées pour être utilisées comme énergie, laissant souvent des débris cellulaires dans son sillage. Un exemple de catabolisme est la glycolyse, la décomposition des molécules de glucose afin de libérer leur énergie, un processus qui est presque l’inverse direct de la gluconéogenèse.

Entre ces deux entreprises se trouve le processus par lequel nous brûlons la graisse (tissu adipeux) pour en faire du carburant, puis nous construisons du muscle avec cette énergie. La compréhension de cet équilibre vous aidera à mieux utiliser l’anabolisme des protéines musculaires pendant l’exercice et tout au long de la journée et de la nuit, car votre métabolisme ne s’arrête pas, même lorsque vous vous endormez.
L’équilibre entre l’anabolisme musculaire et le catabolisme musculaire

Le catabolisme musculaire est l’un des problèmes les plus redoutables auxquels sont confrontés les culturistes lorsqu’ils cherchent à renforcer leurs muscles squelettiques (les muscles attachés directement à nos os, par opposition aux muscles qui pompent notre cœur et compriment notre digestion). L’objectif de la musculation est de promouvoir la synthèse des protéines musculaires et de maintenir le catabolisme occupé à décomposer toute autre source d’énergie qui n’est pas musculaire : décomposer le sucre pour l’énergie du glucose, la graisse pour les corps cétoniques, mais ne vous épuisez pas et ne venez pas pour les muscles.

Ce qui suit est une explication des principaux acteurs de l’anabolisme musculaire et de la meilleure façon d’empêcher vos processus cataboliques de cannibaliser les muscles que vous cherchez à construire.
Hormones

L’anabolisme et le catabolisme font tous deux le commerce des hormones, bien qu’ils nécessitent chacun des hormones différentes.

Les hormones anabolisantes : Les hormones œstrogène, testostérone, insuline et certains facteurs de croissance jouent tous un rôle dans la construction de nouvelles structures moléculaires, y compris les protéines musculaires.
Hormones cataboliques : Afin de décomposer les sources de carburant, le catabolisme a besoin de cortisol (l’hormone du stress), d’adrénaline, de glucagon et de cytokines.

Une perturbation de vos hormones pourrait affecter le métabolisme des protéines musculaires, en particulier les problèmes de la glande thyroïde, car c’est là que nos hormones sont produites, stockées et envoyées là où elles sont nécessaires dans l’organisme.
Nutrition

L’anabolisme et le catabolisme musculaires ne peuvent être raisonnés : l’un sait que son travail consiste à construire, l’autre à fournir. Si vous faites de la musculation dans l’espoir de développer vos muscles, vous devez être conscient de vos réserves d’énergie pour éviter l’énigme “un pas en avant, deux pas en arrière” entre ces deux formes de métabolisme.

Par exemple, en 2010, des chercheurs ont examiné l’équilibre anabolisant et catabolique des culturistes masculins pendant les entraînements de compétition et ont découvert que le groupe qui limitait son apport énergétique dans le but de brûler la graisse corporelle présentait une diminution significative de sa masse graisseuse et de sa masse musculaire par rapport au groupe de contrôle. Les hommes ont présenté des baisses de leur taux d’insuline, de leur taux d’hormone de croissance et de leur taux de testostérone également, ce qui a conduit les chercheurs à conclure que leurs voies de réponse anabolique étaient compromises en raison du manque de sources d’énergie suffisantes. Ils ont suggéré que d’autres substances nutritionnelles étaient nécessaires, au-delà de la simple ingestion de protéines élevées.

Si le catabolisme est toujours à l’œuvre quelque part, du point de vue de l’entraînement, si vous êtes dans un état anabolique, vous construisez et (tout aussi important) maintenez votre masse musculaire, alors que si vous êtes dans un état catabolique, vous perdez de la masse musculaire en même temps que de la graisse. Comment équilibrer les deux ? L’alimentation.

Les aliments que vous mangez avant et après l’exercice sont les sources de carburant qui peuvent maintenir les processus cataboliques à l’œuvre pour vous et non contre vous. De la même manière que certains athlètes font une surcharge en glucides avant un grand match ou une course pour s’assurer qu’ils disposent de molécules complexes pour fournir de l’énergie pendant de plus longues périodes, la quantité appropriée de nutriments pour la construction musculaire au bon moment et à la bonne concentration permet d’optimiser votre entraînement de résistance et la synthèse de nouvelles protéines des muscles squelettiques.
Balance

Vous avez peut-être entendu la phrase “on ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs”, et cette idée s’applique au renouvellement des protéines musculaires impliquées dans le culturisme. Pendant que vous créez une nouvelle masse corporelle, les anciennes protéines musculaires qui ne fonctionnent plus à un niveau optimal seront recyclées et remplacées dans un cycle catabolique-anabolique.

C’est l’équilibre entre la synthèse et la dégradation des protéines qui détermine si vous avez une croissance musculaire ou une fonte musculaire (un danger particulier pour les personnes âgées). La dégradation des protéines musculaires doit être compensée par un apport énergétique et protéique adéquat pour les remplacer, et c’est là qu’intervient l’ingestion d’acides aminés.
Les acides aminés pour l’anabolisme musculaire

Sous la direction experte du Dr Robert Wolfe, chercheur dans le domaine des acides aminés, la société Amino Co. a mis au point une formule de supplémentation en acides aminés pour aider à construire la masse musculaire squelettique avec le bon équilibre des acides aminés essentiels nécessaires pour synthétiser la nouvelle croissance musculaire en premier lieu.

Comme on l’a vu dans l’étude susmentionnée sur les culturistes, l’apport en protéines ne suffit pas à lui seul à empêcher la masse musculaire humaine d’être catabolisée pour l’énergie, perturbant la composition corporelle des compétiteurs, même entraînés.

Alors que de nombreux culturistes utilisent des suppléments de protéines de lactosérum, de caséine ou d’acides aminés à chaîne ramifiée (BCAA), la formule de The Amino Co. présente des niveaux de concentration d’acides aminés cliniquement fondés pour assurer non seulement l’équilibre des protéines musculaires, mais aussi les besoins énergétiques nécessaires à une révolution protéique dans tout le corps.

La formule axée sur la performance comprend :

Aminos : Huit des neuf acides aminés essentiels sont inclus (tous sauf le tryptophane, qui n’est pas nécessaire pour la construction musculaire), y compris la phénylalanine et les BCAA leucine, isoleucine et valine.
L’énergie : La créatine, la citrulline et la caféine sont ajoutées pour aider à couvrir les besoins énergétiques pendant les exercices de résistance.
Équilibre : La teneur en potassium et en sodium aide à la récupération après l’entraînement, ainsi qu’à l’équilibre des électrolytes et des fluides.

Les effets d’une supplémentation en leucine sont particulièrement puissants en ce qui concerne l’anabolisme musculaire, car la leucine libre est absorbée immédiatement après l’ingestion (postprandial). Dans une boisson de récupération post-exercice, il a été démontré qu’elle augmente l’hypertrophie et la force des muscles squelettiques et qu’elle peut être utile pour favoriser la croissance des muscles squelettiques humains en toute sécurité chez les personnes âgées qui sont à risque de sarcopénie, la perte dégénérative de la masse musculaire squelettique.

Se décomposer et s’accumuler

La réponse des protéines musculaires à la quantité appropriée d’acides aminés pour la nutrition et la forme physique est de croître et de se renforcer. Le maintien de la masse musculaire est dicté par les échanges entre les processus anaboliques et cataboliques : le bâtiment anabolique qui nécessite de l’énergie et la décomposition catabolique qui l’alimente. Ensemble, ils travaillent à élaguer, réparer et remplacer les cellules usées par de nouvelles plus résistantes, et à amener la composition de votre corps à son point optimal sur l’indice de masse corporelle.